Les Saveurs du Palais

sdpDate de sortie : 3 octobre 2012

Réalisé par : Christian Vincent

Cotation : 6/10 –  Film correct.

Synopsis : Dans le Périgord, Hortense Laborie, femme de caractère, tient une truffière avec son oncle. Un jour, elle est avertie qu’une voiture noire avec des hommes style « Men in Black » vient la réquisitionner et l’emmener vers Paris pour lui proposer un emploi. Durant le trajet elle essaie d’en savoir un peu plus, et arrivée à la gare parisienne, on lui annonce qu’elle va directement être emmenée au  » 55  » (raccourci pour parler du n°55 de la rue du Faubourg-Saint-Honoré, adresse du Palais de l’Elysée dans le 8ème arrondissement). Arrivée sur place elle est reçue par le chef de cabinet du Président, qui lui propose de devenir la chef de cuisine personnelle du Président et de ses invités. Hortense répond tout de suite qu’elle est honorée mais qu’elle ne pense pas être la bonne personne ; le chef de cabinet insiste en disant que c’est Joël Robuchon -qu’elle n’a croisé qu’une seule fois- qui l’a recommandée auprès du Président pour lui concocter des recettes traditionnelles françaises, la cuisine de sa grand-mère. Elle accepte donc le poste, sans savoir que dans les méandres du Palais, toutes les saveurs ne sont pas toujours appréciées…

Avis : Comme j’adore Catherine Frot, j’ai foncé pour aller déguster des yeux ‘Les Saveurs du Palais’. Pourtant avec cette comédie, je n’ai pas beaucoup ri ; j’ai esquissé quelques sourires certes mais ce n’est pas un film à hurler de rire. Je l’appellerais plutôt  » biographie librement inspirée « . En effet, dès le début pendant le générique, en survolant de magnifiques paysages du Périgord, on peut lire  » librement inspiré de la vie de Madame Danièle Mazet-Delpeuch  » . Catherine Frot est fidèle à elle-même, ce rôle lui va bien, cependant malgré son talent (et celui des autres acteurs bien sûr), cela ne suffit pas à nous arracher un vrai rire, car la mise en scène et le scénario sont plus proche d’une biographie que d’une comédie, comme je le disais ci-dessus. Le président de la République est formidablement interprété par Jean d’Ormesson, qui joue avec toute la classe qu’on lui connaît, sans pour autant tomber dans la caricature de François Mitterand. Les autres acteurs comme Hippolyte Girardot, Philippe Uchan, ou encore le jeune Arthur Dupont s’en sortent bien également.

Choix étrange également, l’histoire fonctionne par flashbacks. On commence en Antarctique, où Hortense travaille dans une base scientifique comme cuisinière, et tout au long du film on revoit comment elle a été convoquée, son entrée à l’Elysée, comment elle préparait les différents repas (ces scènes sont d’ailleurs très appétissantes ! ), sa rencontre avec le Président, etc. et de temps en temps on revient en Antarctique, pour suivre le ‘cours normal de l’histoire’. Malgré tout ces éléments, ce fut un agréable, mais pas exceptionnel, moment cinématographique. La fin m’a un peu déçu aussi je dois dire, cela manquait de panache.

Lien Allociné

Lien IMDb

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans 2012, 6/10, Biographique / Biopic, Comédie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s