Archives de Catégorie: 2007

Films sortis en 2007

U.V.

uvDate de sortie : 6 juin 2007

Réalisé par : Gilles Paquet-Brenner

Cotation : 5/10 – Film moyen, pas trop conseillé.

Synopsis : Une villa sur une île, en plein été, deux filles bronzent seins nus sur une terrasse. Un homme surgit. Il dit s’appeler Boris et vient rendre visite à Philip, son vieil ami de lycée. Seulement Philip n’est pas là. Il n’arrivera que demain, après-demain au pire, on ne sait pas. Courtois, homme avisé et sûr de lui, Boris s’installe. Très rapidement, il se fond dans le décor et s’avère être le convive parfait, l’élément distrayant. Ravis, charmés et même manipulés à leur insu, toute la famille (père, mère, gouvernante,…) se laissent happer par son terrible pouvoir de séduction, excepté le beau-fils, André -Pierre, qui lui trouve quelque chose de louche.

Avis : Ce film est clairement adapté d’un roman. Le scénario est lent, pesant et inquiétant à la fois, et c’est bien le but recherché. Comme d’habitude, je n’ai pas lu le roman…j’ai néanmoins profité agréablement du film. Scénario assez original, suspense qui tient en haleine jusqu’au bout, bons acteurs même s’il y a parfois des longueurs… L’acteur principal, Nicolas Cazalé joue le rôle d’un homme mystérieux : est-il vraiment un ami de Philipp ? On retrouve Pascal Elbé dans le rôle du « méchant » beau-fils soupçonneux, et Jacques Dutronc en papa à la « Eddie Barclay »… Ce film est original, à ne pas regarder n’importe quand, notamment pour le climat torride, en plein été…

La scène finale cependant est très décevante, on ne comprend pas bien et diverses excpilcations sont possibles ; personnellement je n’aime pas qu’une histoire aie plusieurs fins possibles…

A noter : Le roman éponyme dont est tiré le film a été écrit en 2003 par Serge Joncour.
C’est le cinquième film en tant qu’actrice pour Laura Smet, la fille de Johnny Hallyday et de Nathalie Baye.

Lien Allociné

Lien IMDb

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans 2007, 5/10, Drame

La saga Transformers

transformersDates de sortie : 25 juillet 2007, 24 juin 2009, 29 juin 2011

Réalisé par : Michael Bay

Cotation : 7/10 – Bonne saga.

Synopsis : Un ancien conflit entre deux clans extraterrestres, les héroïques Autobots et les méchants Decepticon, arrive sur Terre, avec comme enjeu un grand pouvoir détenu par un adolescent.

Avis : Il  s’agit de la première transposition à l’écran  des célèbres figurines héros des dessins animés des années ’80, si on exclut le long-métrage d’animation de 1986  (réal. Nelson Shin).  Dans l’ensemble c’est plutôt réussi, à grand renforts d’effets spéciaux et d’action intense. La trilogie semble être terminée, pourtant IMDb indique un projet de suite pour 2014… et Allociné annonce aussi un projet de Transformers 5 en 2015 !
Mais Shia LaBeouf (le héros) n’a pas signé davantage, et le réalisateur Michael Bay a déclaré  (semble-t-il) souhaiter se consacrer à d’autres projets…

Ci-après les critiques que j’avais écrites à l’époque pour les 2ème et 3ème volets, très légèrement moins bons que le premier.

T2 : Deux ans se sont écoulés depuis que Sam Witwicky a sauvé l’univers d’une bataille décisive entre les deux clans rivaux de robots extraterrestres. Malgré ses exploits, Sam reste un adolescent préoccupé par les soucis des jeunes de son âge : alors qu’il s’apprête à entrer à l’université, il doit se séparer de sa petite amie Mikaela et de ses parents pour la première fois de sa vie. Il lui faut aussi tenter d’expliquer son départ à son nouvel ami, le robot Bumblebee. Sam aspire à vivre une vie normale d’étudiant, mais il est soudain assailli par des visions semblables à des éclairs. Craignant d’être frappé par le même type de démence que son grand-père, Sam ne parle à personne de ses hallucinations – jusqu’à ce qu’il ne puisse plus faire comme si les messages et les symboles qu’elles véhiculent n’existaient pas.

La guerre entre les Autobots et les Decepticons, tout en étant classée secret défense, a entraîné plusieurs changements. Le Secteur 7 a ainsi été dissout et une nouvelle agence, NEST, a été mise en place. Celle-ci a pour mission de collaborer avec les Autobots pour éviter un nouvel affrontement avec les Decepticons.
Cherchant à prendre le contrôle des organisations militaires pour accroître son pouvoir, le conseilleur militaire Galloway est convaincu que la menace d’une guerre Autobots-Decepticons est écartée, et il dissout NEST.

Bien qu’il en ait décidé autrement, Sam se retrouve une fois encore au coeur d’un combat entre les Autobots et les Decepticons où se joue le sort de l’univers. Sans le savoir, il est le seul qui puisse faire triompher le bien contre les forces du mal.

Ce deuxième épisode est toujours à la hauteur du premier, toujours avec Michael Bay aux commandes, avec lui on sait que l’on peut s’attendre à du grand spectacle  et c’est très réussi. Bien qu’il s’agisse d’un film de science-fiction, il y a pas mal de moments comiques (notamment avec John Turturro, que l’on retrouve avec plaisir dans le rôle de l’agent Simmons). Bon scénario, bons acteurs, bon film avec plein d’effets spéciaux.


T3 : En 1969 lors de la mission Apollo 11, les astronautes Neil Armstrong et Buzz Aldrin ont dû accomplir une mission secrète pour la NASA : explorer le vaisseau qui s’est crashé sur la face cachée de la Lune. Ils n’ont rien découvert à part une ruine, et un visage métallique géant, inanimé ; à part ça, aucun signe de vie.

De nos jours, les Autobots, alliés des humains, apprennent l’existence de ce vaisseau abandonné sur la Lune, et s’empressent d’aller chercher ce qu’il contient avant les Decepticons. Ce vaisseau s’appelle l’Ark, il était un dernier espoir issu de la guerre qui a fait rage sur Cybertron, la planète originale des Transformers. L’Ark abrite Sentinel Prime, un Transformer inanimé, ainsi que des « piliers », une technologie créée par Sentinel, que lui seul peut faire fonctionner, et qui permet de créer un téléporteur. Optimus Prime va réanimer Sentinel grâce à la matrice de commandement, mais il ignore que c’est exactement ce que veulent les Decepticons…

Michael Bay toujours aux commandes nous offre du très spectaculaire, avec plein d’effets spéciaux qui en mettent plein la vue. Ce troisième volet est fidèle aux promesses montrées dans la bande annonce. Du grand spectacle, beaucoup d’action, la destruction de la ville de Chicago, une histoire de science-fiction qui plaira aux amateurs. Le seul bémol est parfois une impression d’empressement, on ne suit pas toujours tout ce qui se passe, surtout parmi les batailles, et le désordre semé avec toute la casse me dérange un peu… mais ça c’est juste une impression personnelle ! La touche sexy avec la présence de Carly, alias Rosie Huntington-Whiteley, remplace Megan Fox suite à la mauvaise relation de cette dernière avec le réalisateur. Rosie est la seule femme ou presque qui apparaît dans tout le film ! Il y aussi la mère de Sam, Judy Witwicky (Julie White), et Charlotte Mearing (Frances McDormand)…et c’est tout pour la gent féminine, à part les figurantes ! Dans ce tourbillon de mâles, apparaît le Dr Dereck Shepherd (Dr Mamour) de « Grey’s Anatomy », Patrick Dempsey, qui incarne le méchant Dylan. C’est aussi avec plaisir que l’on retrouve John Malkovitch, dans un petit rôle mais assez rigolo. Et last but not least, le sympathique et comique John Turturro dans la peau de l’ex-agent Simmons. En résumé c’est une excellente suite (et fin?) de la trilogie, qui ravira les fans du genre, dont je fais partie.

Lien Allociné : Transformers – 2007
Lien Allociné : Transformers : la Revanche – 2009
Lien Allociné : Transformers : La Face cachée de la Lune – 2011

Lien IMDb :  Transformers – 2007
Lien IMDb :  Transformers – Revenge of the Fallen – 2009
Lien IMDb :  Transformers – Dark of the Moon – 2011

Poster un commentaire

Classé dans 2007, 2009, 2011, 7/10, Action, Science-Fiction

La saga Harry Potter

Harry-Potter-Wallpaper-harry-potter-24478545-1280-800Date de sortie : entre le 21 novembre 2001 (premier film) et le 13 juillet 2011 (dernier film)

Réalisé par : Chris Columbus, Alfonso Cuarón,  Mike Newell, David Yates

Cotation : 8/10 – Très bonne saga, à recommander.

Synopsis : Harry Potter, un jeune orphelin, est élevé par son oncle Vernon et sa tante Pétunia qui le détestent. Alors qu’il était haut comme trois pommes, ces derniers lui ont raconté que ses parents étaient morts dans un accident de voiture. Le jour de son onzième anniversaire, Harry reçoit la visite inattendue d’un homme gigantesque se nommant Rubeus Hagrid. Celui-ci lui révèle qu’il est en fait le fils de deux puissants magiciens et qu’il possède lui aussi d’extraordinaires pouvoirs. C’est avec joie que le garçon accepte de suivre des cours à Poudlard, la célèbre école de sorcellerie. Il a enfin la chance de se faire des amis. Blâmé par le professeur Severus Rogue qui lui enseigne les potions et protégé par Albus Dumbledore, le directeur de l’établissement, Harry va tenter de s’habituer à sa nouvelle vie de sorcier.

Avis : Quatre réalisateurs différents pour huit films d’une saga épique. Dans les deux premiers épisodes, l’ambiance est agréable, chaleureuse, lumineuse, les films sont familiaux, tous publics, grâce à C. Columbus (« Maman j’ai raté l’avion » – 1990, « Madame Doubtfire » – 1993, « L’Homme bicentennaire » – 1999).
Avec A. Cuarón (« Y tu mamá también » – 2001, « Paris je t’aime » – 2006), le ton devient plus sérieux, au fur et à mesure que les héros grandissent et gagnent en maturité, la réalisation suit la même voie. M. Newell (« Donnie Brasco » – 1997) plonge les héros dans le danger et n’hésite pas à montrer des scènes plus rudes, réservées aux plus grands. Et puis D. Yates (réalisateur de séries TV telles que « The Bill« , entre autres) s’adapte à l’histoire de plus en plus sombre, en tournant les derniers épisodes de manière plus sérieuse, plus adulte. Les trois styles sont clairement différents mais correspondent à l’ambiance changeante de l’histoire.

Le côté fantastique et merveilleux du début de la saga s’estompe peu à peu pour laisser place à l’action / aventure / suspense, tout en respectant le plus fidèlement possible les romans de J. K. Rowling dont est tirée la saga. D’ailleurs l’écrivain elle-m$eme a contribué à tous les films. Le petit point noir étant que dans les films (qui durent en moyenne deux heures au moins), on manque de temps pour inclure tous les éléments et détails du roman. Certains lecteurs fans d’Harry Potter auront probablement été déçus de ne pas avoir vu certains passages transposés à l’écran. Pour ma part, je donne un 8/10, ayant lu chaque roman préalablement avant d’aller voir son adaptation, et ayant toujours bien apprécié le résultat. A recommander aux amateurs des livres et aux passionnés de fantastique.

Les liens ci-dessous mènent aux différents films. Les titres des films en français sont à côté des liens Allociné, les titre en anglais à côté des liens IMDb.

Lien Allociné (Harry Potter à l’école des sorciers) – 2001
Lien Allociné (Harry Potter et la chambre des secrets) – 2002
Lien Allociné (Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban) – 2004
Lien Allociné (Harry Potter et la Coupe de Feu) – 2005
Lien Allociné (Harry Potter et l’Ordre du Phénix) – 2007
Lien Allociné (Harry Potter et le Prince de sang mêlé) – 2009
Lien Allociné (Harry Potter et les reliques de la mort – partie 1) – 2010
Lien Allociné (Harry Potter et les reliques de la mort – partie 2) – 2011

Lien IMDb (Harry Potter and the Sorcerer’s Stone / Harry Potter and the Philosophe’s Stone) – 2001
Lien IMDb (Harry Potter and the Chamber of Secrets) – 2002
Lien IMDb (Harry Potter and the Prisoner of Azkaban) – 2004
Lien IMDb (Harry Potter and the Goblet of Fire) – 2005
Lien IMDb (Harry Potter and the Order of the Phoenix) – 2007
Lien IMDb (Harry Potter and the Half-Blood Prince) – 2009
Lien IMDb (Harry Potter and the Deathly Hallows: Part 1) – 2010
Lien IMDb (Harry Potter and the Deathly Hallows: Part 2) – 2011

Poster un commentaire

Classé dans 2001, 2002, 2004, 2007, 2009, 2010, 2011, 8/10, Action, Aventure, Fantastique, Non classé, Thriller / Suspense

2 Days in Paris

2pDate de sortie : 8 août 2007

Réalisé par : Julie Delpy

Cotation : 6/10 – Film correct.

Synopsis : Marion, photographe d’origine française, vit à New York avec Jack, architecte d’intérieur. Pour donner un nouveau souffle à leur relation, ils partent en voyage à Venise – mais leur séjour est gâché lorsque Jack attrape une gastro-entérite… Ils décident alors de se rendre à Paris où Marion a toujours des attaches. Là encore, l’escapade amoureuse tourne court : entre les parents envahissants de la jeune femme, ses ex-petits copains dragueurs et la manie de Jack à prendre en photo la moindre pierre tombale, le couple ne trouve aucun répit ! Parviendront-ils à surmonter la tempête ? Ou passeront-ils maîtres dans l’art de la dispute ?

Avis : Histoire très réaliste qui se focalise sur la vie amoureuse et sexuelle d’une parisienne. Le film souligne beaucoup de travers des Français, et est assez vulgaire, trivial par moments. Quelques moments sont assez drôles, heureusement, pour remonter le niveau de cette réalisation qui brille par son originalité.

Lien Allociné

Lien IMDb

Poster un commentaire

Classé dans 2007, 6/10, Comédie, Drame, Romance / film d'amour

Hellphone

hpDate de sortie : 28 mars 2007

Réalisé par : James Huth

Cotation : 6/10 – Film correct.

Synopsis :  Sid est un adolescent bien dans son époque, quoiqu’un peu looser : il est cool, sympa, s’amuse avec ses potes, est un peu rebelle…mais il a aussi des problèmes : sa mère ne sait pas lui offrir tout ce qu’il voudrait, la fille dont il est amoureux ne le regarde même pas…bref c’est un ado comme tous les autres. Ayant besoin d’un nouveau cellulaire, il va s’en acheter un dans une boutique un peu loufoque, à un prix dérisoire. C’est un GSM assez cool, très design…qui parle et va lui promettre de l’aider à conquérir la fille de ses rêves.

Avis : Entre la comédie et l’horreur, ce film est difficile à catégoriser. Il est clairement ciblé pour les ados qui apprécieront. J’ai bien apprécié la fraîcheur et le dynamisme des jeunes acteurs ; le scénario est assez correct, bien que très clairement inspiré d’autres films du genre (horreur, donc je ne les ai pas vus). J’ai été voir ce film après avoir applaudi « Les Choristes », et voir un peu ce que le « petit » J.B. Maunier (1m84 !) avait dans le ventre. Je l’ai trouvé assez sympa, donc en résumé pour moi c’est un bon « teenage movie » français, même si le gore est un peu too much vers la fin.

A noter : J.B. Maunier est bien sûr le chanteur des Choristes (Ch. Barratier, 2003). Bruno Coulais avait déjà composé la musique des Choristes et revient donner une excellente bande son dans Hellphone. James Huth, le réalisateur, est connu pour Brice de Nice (2005), avec Jean Dujardin. D’ailleurs pour l’anecdote, Jean Dujardin fait une apparition dans Hellphone, et il apparaît au générique sous le nom de Brice Agostini.

Lien Allociné

Lien IMDb

Poster un commentaire

Classé dans 2007, 6/10, Comédie, Horreur / Epouvante, Thriller / Suspense

Les Portes du Temps (The Seeker : Dark is Rising)

portesDate de sortie : 31 octobre 2007 en France
(le film n’est jamais sorti dans les salles en Belgique)

Réalisé par : David L. Cunningham

Cotation : 7/10 – Bon film.

Synopsis : Will Stanton est à la veille de son 14ème anniversaire. Alors que lui et ses frères et soeur rentrent de l’école, Miss Greythorne, la propriétaire du manoir de la région, les invite à une fête pour Noël. Plus tard, deux fermiers, Dawson et Georges, que Will ne connaît pas, viennent apporter un grand sapin de Noël commandé par la famille. Les fermiers connaissent Will, lui souhaitent un bon anniversaire et prédisent du mauvais temps alors que le ciel est bleu dégagé. L’anniversaire de Will est si proche de Noël que tout le monde dans la famille l’oublie, sauf sa petite soeur Gwen qui lui offre une montre, seul cadeau que Will reçoit. La famille a déménagé des Etats-Unis vers un petit village anglais et un des frères est arrivé pour les vacances, il a installé ses cartons dans la chambre de Will et demande à Will de dormir dans le grenier. Comme cadeau de Noël pour Gwen, Will achète un pendentif orné d’une pierre énigmatique. Deux gardes de sécurité l’accusent de vol et l’emmènent dans leur bureau. Pendant l’interrogatoire, les lumières se mettent à clignoter de manière alarmante, et les gardes se transforment en corbeaux qui attaquent Will, cependant il parvient à s’échapper en utilisant ses pouvoirs pour la première fois, sans le faire exprès. Will commence à vivre d’autres étranges incidents et va apprendre qu’il est le « Chercheur ».

Avis : Adapté d’un roman, « Les Portes du Temps » est un sympathique film fantastique plutôt destiné aux jeunes ados. Ayant eu peu de succès au box office (le film n’est pas sorti en Belgique, je l’ai vu en DVD), j’ai personnellement apprécié l’histoire et le jeu des acteurs en général. Il y a aussi des messages sous-jacents destinés aux ados qui s’identifieraient aux héros. Les critiques n’y ont pas été de main morte en accusant le roman d’être une pâle copie d’Harry Potter, certains éléments étant indéniablement analogues (un garçon découvre qu’il a des pouvoirs magiques lors de son anniversaire, la bataille du bien contre le mal,…). Pour ma part je n’ai jamais pensé à Harry Potter en visionnant ce film. Je suis bon public en général et il faut vraiment un très mauvais film pour que je n’apprécie pas.

A noter : Petit clin d’oeil, Christopher Eccleston a incarné le dixième « Docteur » dans la première saison du revival de la série britannique à succès « Doctor Who », en 2005.

Lien Allociné

Lien IMDb

Poster un commentaire

Classé dans 2007, 7/10, Aventure, Fantastique