Archives de Catégorie: Thriller / Suspense

Genre cinématographique qui cherche à provoquer chez le spectateur une certaine tension, voire un sentiment de peur (qu’il doit cependant trouver agréable) à l’idée de ce qui pourrait arriver aux personnages dans la suite du récit.

Le Portrait de Dorian Gray

dgDate de sortie : 1er septembre 2010 (DVD – France)

Réalisé par : Oliver Parker

Cotation : 7/10 – Bon film.

Synopsis : C’est l’époque victorienne. Le jeune Dorian Gray, bourgeois londonien élégant et très beau, accepte d’être le modèle du célèbre peintre Basil Hallward. Ce portait est la suite de la rencontre de Dorian avec Lord Henry Wotton, un ami qui lui a présenté Basil. Il s’avère que le portrait est un des plus beaux tableaux jamais peints et Dorian affirme qu’il donnerait tout, y compris son âme, pour que le portrait vieillisse à sa place, et que lui-même garde à jamais sa jeunesse et sa beauté. Ce qu’il regrettera amèrement…

Avis : Adaptation réussie du roman d’Oscar Wilde, dans une ambiance de thriller fantastique. N’ayant jamais lu le livre, je n’ai pas été déçu par le film, j’avoue avoir regardé le DVD pour ne pas avoir à lire, par paresse ( ! ) étant donné la bonne critique du film. Il raconte bien cette histoire sombre et fantastique du jeune homme obsédé par la beauté éternelle. On a beau dire, mais c’est dans les vieilles casseroles que l’on fait les meilleures soupes, le sujet du pacte avec le diable est utilisé depuis la Grèce antique (et même avant ?) dans beaucoup d’oeuvres culturelles, et cela fonctionne toujours bien. Dans des décors de l’époque victorienne superbement mis en valeur, les acteurs aux performances irréprochables excellent dans le style very british que j’apprécie beaucoup, vraiment je me suis régalé devant ce film. Attention aux âmes sensibles cependant, certains passages font sursauter, et la fin est assez « hard » à regarder !

A noter : L’oeuvre d’Oscar Wilde avait déjà fait l’objet d’une adaptation en 1945 par Albert Lewin. Le film de 2009 n’est jamais sorti au cinéma en France ni en Belgique…Heureusement que les DVD nous permettent d’avoir accès aux réalisations d’Outre-Manche !

Lien Allociné

Lien IMDb

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans 2010, 7/10, Fantastique, Thriller / Suspense

127 heures (127 hours)

127hDate de sortie : 23 février 2011

Réalisé par : Danny Boyle

Cotation : 10/10 – Cotation maximale, excellent film à voir absolument.

Synopsis : L’histoire vraie d’un aventurier alpiniste qui après une glissade malencontreuse s’est retrouvé le bras bloqué par un rocher au fond d’une crevasse. Comment va-t-il pouvoir s’en sortir avec le peu d’équipement dans son sac à dos ?

Avis : Cette histoire est adaptée du livre « Plus fort qu’un roc » (« Between a Rock and a Hard Place »), un récit autobiographique écrit par Aron Ralston, un aventurier qui a dû faire un énorme sacrifice pour survivre. Les paysages du Grand Canyon sont magnifiques, James Franco n’a plus rien à prouver, c’est un formidable acteur, il a d’ailleurs reçu un prix pour sa prestation. Avec l’utilisation de la caméra subjective, l’histoire est poignante, on ressent beaucoup d’émotions, on veut qu’il s’en sorte, on vit les instants avec lui…C’est incroyable de voir la force que l’on peut avoir dans de telles situations ! Certaines scènes sont fortes, pourtant réalistes et cruciales pour le film, sans pour autant tomber dans la catégorie « horreur / gore » ; mais elles pourraient engendrer un malaise chez le spectateur sensible.

Danny Boyle est un réalisateur que j’admire beaucoup, d’ailleurs tous ses films sont des gros succès (« Trainspotting », « La Plage », « 28 jours plus tard », « Slumdog Millionnaire« ,…) et « 127 heures » a reçu 19 nominations dans de nombreux festivals. Vraiment je recommande chaudement ce film, mais plutôt bien confortablement installé dans un fauteuil…

Lien Allociné

Lien IMDb

2 Commentaires

Classé dans 10/10, 2011, Aventure, Biographique / Biopic, Drame, Thriller / Suspense

Slumdog Millionaire

slumdogDate de sortie : 14 janvier 2009

Réalisé par : Danny Boyle

Cotation : 10/10 – Cotation maximale, excellent film à voir absolument.

Synopsis : Jamal Malik, 18 ans, orphelin vivant dans les taudis de Mumbai, est sur le point de remporter la somme colossale de 20 millions de roupies lors de la version indienne de l’émission « Qui veut gagner des millions ? ». Il n’est plus qu’à une question de la victoire lorsque la police l’arrête sur un soupçon de tricherie. Sommé de justifier ses bonnes réponses, Jamal explique d’où lui viennent ses connaissances et raconte sa vie dans la rue, ses histoires de famille et même celle de cette fille dont il est tombé amoureux et qu’il a perdue.

Mais comment ce jeune homme est-il parvenu en finale d’une émission de télévision ? La réponse ne fait pas partie du jeu, mais elle est passionnante. (Source : Allociné)

Avis : Une histoire très originale et formidable, pleine d’émotions et de suspense, dans un style « bollywoodien » (Bollywood = industrie du cinéma indien). Le succès des films de Danny Boyle n’est certainement pas usurpé et je recommande vraiment ce film génial, à l’opposé de tout ce qu’on a l’habitude de voir avec le cinéma français ou américain.

Lien Allociné

Lien IMDb

1 commentaire

Classé dans 10/10, 2009, Drame, Romance / film d'amour, Thriller / Suspense

La saga Harry Potter

Harry-Potter-Wallpaper-harry-potter-24478545-1280-800Date de sortie : entre le 21 novembre 2001 (premier film) et le 13 juillet 2011 (dernier film)

Réalisé par : Chris Columbus, Alfonso Cuarón,  Mike Newell, David Yates

Cotation : 8/10 – Très bonne saga, à recommander.

Synopsis : Harry Potter, un jeune orphelin, est élevé par son oncle Vernon et sa tante Pétunia qui le détestent. Alors qu’il était haut comme trois pommes, ces derniers lui ont raconté que ses parents étaient morts dans un accident de voiture. Le jour de son onzième anniversaire, Harry reçoit la visite inattendue d’un homme gigantesque se nommant Rubeus Hagrid. Celui-ci lui révèle qu’il est en fait le fils de deux puissants magiciens et qu’il possède lui aussi d’extraordinaires pouvoirs. C’est avec joie que le garçon accepte de suivre des cours à Poudlard, la célèbre école de sorcellerie. Il a enfin la chance de se faire des amis. Blâmé par le professeur Severus Rogue qui lui enseigne les potions et protégé par Albus Dumbledore, le directeur de l’établissement, Harry va tenter de s’habituer à sa nouvelle vie de sorcier.

Avis : Quatre réalisateurs différents pour huit films d’une saga épique. Dans les deux premiers épisodes, l’ambiance est agréable, chaleureuse, lumineuse, les films sont familiaux, tous publics, grâce à C. Columbus (« Maman j’ai raté l’avion » – 1990, « Madame Doubtfire » – 1993, « L’Homme bicentennaire » – 1999).
Avec A. Cuarón (« Y tu mamá también » – 2001, « Paris je t’aime » – 2006), le ton devient plus sérieux, au fur et à mesure que les héros grandissent et gagnent en maturité, la réalisation suit la même voie. M. Newell (« Donnie Brasco » – 1997) plonge les héros dans le danger et n’hésite pas à montrer des scènes plus rudes, réservées aux plus grands. Et puis D. Yates (réalisateur de séries TV telles que « The Bill« , entre autres) s’adapte à l’histoire de plus en plus sombre, en tournant les derniers épisodes de manière plus sérieuse, plus adulte. Les trois styles sont clairement différents mais correspondent à l’ambiance changeante de l’histoire.

Le côté fantastique et merveilleux du début de la saga s’estompe peu à peu pour laisser place à l’action / aventure / suspense, tout en respectant le plus fidèlement possible les romans de J. K. Rowling dont est tirée la saga. D’ailleurs l’écrivain elle-m$eme a contribué à tous les films. Le petit point noir étant que dans les films (qui durent en moyenne deux heures au moins), on manque de temps pour inclure tous les éléments et détails du roman. Certains lecteurs fans d’Harry Potter auront probablement été déçus de ne pas avoir vu certains passages transposés à l’écran. Pour ma part, je donne un 8/10, ayant lu chaque roman préalablement avant d’aller voir son adaptation, et ayant toujours bien apprécié le résultat. A recommander aux amateurs des livres et aux passionnés de fantastique.

Les liens ci-dessous mènent aux différents films. Les titres des films en français sont à côté des liens Allociné, les titre en anglais à côté des liens IMDb.

Lien Allociné (Harry Potter à l’école des sorciers) – 2001
Lien Allociné (Harry Potter et la chambre des secrets) – 2002
Lien Allociné (Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban) – 2004
Lien Allociné (Harry Potter et la Coupe de Feu) – 2005
Lien Allociné (Harry Potter et l’Ordre du Phénix) – 2007
Lien Allociné (Harry Potter et le Prince de sang mêlé) – 2009
Lien Allociné (Harry Potter et les reliques de la mort – partie 1) – 2010
Lien Allociné (Harry Potter et les reliques de la mort – partie 2) – 2011

Lien IMDb (Harry Potter and the Sorcerer’s Stone / Harry Potter and the Philosophe’s Stone) – 2001
Lien IMDb (Harry Potter and the Chamber of Secrets) – 2002
Lien IMDb (Harry Potter and the Prisoner of Azkaban) – 2004
Lien IMDb (Harry Potter and the Goblet of Fire) – 2005
Lien IMDb (Harry Potter and the Order of the Phoenix) – 2007
Lien IMDb (Harry Potter and the Half-Blood Prince) – 2009
Lien IMDb (Harry Potter and the Deathly Hallows: Part 1) – 2010
Lien IMDb (Harry Potter and the Deathly Hallows: Part 2) – 2011

Poster un commentaire

Classé dans 2001, 2002, 2004, 2007, 2009, 2010, 2011, 8/10, Action, Aventure, Fantastique, Non classé, Thriller / Suspense

District 9

d9Date de sortie : 30 septembre 2009

Réalisé par : Neil Blomkamp

Cotation : 9/10 – Vraiment très bon film, à recommander.

Synopsis : Dans les années ’80, des extraterrestres entrèrent en contact avec la Terre…Ces visiteurs d’au-delà des étoiles étaient des réfugiés et furent installés dans le District 9, en Afrique du Sud, pendant que les nations du monde se querellaient pour savoir quoi faire de ces « crevettes », comme les appellent certains humains anti-aliens…Depuis, la gestion de la situation a été transférée au MNU (Multi-National United), une société privée qui n’a pas grand-chose à faire du sort de ces créatures, mais qui fera d’énormes bénéfices si elle arrive à faire fonctionner leur extraordinaire armement. Jusqu’à présent, toutes les tentatives ont échoué : pour que les armes marchent, il faut de l’ADN extraterrestre. La tension entre extraterrestres et humains atteint son maximum lorsque le MNU commence à évacuer les non-humains du District 9 vers un nouveau camp, en envoyant des agents de terrain s’occuper de leur transfert. L’un de ces agents, Wikus van der Merwe, contracte un virus extraterrestre qui se met à modifier son ADN. Wikus est à présent l’homme le plus recherché de la planète, celui qui vaut plus qu’une fortune : il est la clé qui permettra de percer le secret de la technologie alien. Repoussé, isolé, sans aide ni amis, il ne lui reste qu’un seul endroit où se cacher : le District 9…

Avis : Servi par des acteurs pas très connus, ce scénario de film de science-fiction aux allures de documentaire est facilement transférable à nos populations humaines (entre peuples de la Terre). Les ghettos sont malheureusement une réalité humaine, et District 9 permet par la science-fiction de prendre conscience de la bêtise humaine devant certaines situations, notamment le racisme et la xénophobie. Une autre thématique est celle des multinationales, de la privatiation de certaines activités autrefois exercées par les Etats. Ici, celle de l’armement… Au-delà des thématiques, le film contient des bons moments de suspense et d’action. Les effets visuels sont surprenants de réalisme.

A noter : Le scénario est adapté du court-métrage « Alive in Joburg« . Oscars du meilleur film, du meilleur scénario adapté, du meilleur montage, des meilleurs effets visuels.

Lien Allociné

Lien IMDb

Poster un commentaire

Classé dans 2009, 9/10, Action, Science-Fiction, Thriller / Suspense

Dark City

dcDate de sortie : 20 mai 1998 (en France, le film n’est jamais sorti en Belgique)

Réalisé par : Alex Proyas

Cotation : 9/10 – Vraiment très bon film, à recommander.

Synopsis : John Murdoch se réveille dans un bain d’une chambre d’hôtel, n’ayant aucun souvenir. Il s’habille et découvre un cadavre non loin de lui…il s’enfuit et s’aperçoit qu’il est poursuivi. Il entre en contact avec le Dr Schreber, qui dit pouvoir l’aider. Le docteur lui apprend que les « Etrangers » ont des pouvoirs et que tout ceci est leur création, leurs expériences…

Avis : Splendide chef d’oeuvre après « The Crow » (1994), voici un autre film d’Alex Proyas. Je connaissais déjà « Prédictions » (2009) et « I, Robot » (2004), et j’avoue que j’apprécie beaucoup sa vision et ses réalisations. Dans une ville sombre, des personnages vivent une sombre histoire où le psychologique et le philosophique ont leur place, comme souvent dans les oeuvres de science-fiction (SF). Qui sommes-nous ? Qu’est-ce qui fait de nous des humains ? sont autant de questions récurrentes dans la SF. Le film comprend beaucoup de références externes aussi (à mon sens). Bien que Dark City ait été réalisé bien avant, j’ai souvent fait le parallélisme avec « The Matrix » (1999). D’ailleurs certains décors de Dark City ont été réutilisés dans Matrix. Je n’ai pu m’empêcher de remarquer des clins d’oeil à d’autres films, citons par exemple « Freddy » (1984), « il est minuit docteur Schreber » (allusion au film de 1952 – « Dr Schweitzer »), « Cube » (1997)… A côté de ces anecdotes, le réalisateur a réuni plusieurs thématiques de la SF : des aliens, le temps, des machines, les expériences sur les humains, des pouvoirs surnaturels comme la télékinésie, etc. Les acteurs s’en sortent pas trop mal, mais je trouve que certaines scènes font un peu trop « cliché »… Un bon moment à conseiller pour les amateurs de vraie SF, déconseillé cependant aux moins de 16 ans.

Si comme moi vous aimez l’univers de Dark City, une ville imaginaire perdue dans le temps quelque part entre les années ’40 et les années ’70, je vous invite à découvrir les oeuvres de mon ami Stefan, sur le site DeviantArt ou via son livre Diesel City. Il a clairement puisé son inspiration dans ce film, et aussi dans le dieselpunk, steampunk et autres références rétro-futuristes dérivées du cyberpunk.

Lien Allociné

Lien IMDb

1 commentaire

Classé dans 9/10, Avant 2000, Policier, Science-Fiction, Thriller / Suspense

Hellphone

hpDate de sortie : 28 mars 2007

Réalisé par : James Huth

Cotation : 6/10 – Film correct.

Synopsis :  Sid est un adolescent bien dans son époque, quoiqu’un peu looser : il est cool, sympa, s’amuse avec ses potes, est un peu rebelle…mais il a aussi des problèmes : sa mère ne sait pas lui offrir tout ce qu’il voudrait, la fille dont il est amoureux ne le regarde même pas…bref c’est un ado comme tous les autres. Ayant besoin d’un nouveau cellulaire, il va s’en acheter un dans une boutique un peu loufoque, à un prix dérisoire. C’est un GSM assez cool, très design…qui parle et va lui promettre de l’aider à conquérir la fille de ses rêves.

Avis : Entre la comédie et l’horreur, ce film est difficile à catégoriser. Il est clairement ciblé pour les ados qui apprécieront. J’ai bien apprécié la fraîcheur et le dynamisme des jeunes acteurs ; le scénario est assez correct, bien que très clairement inspiré d’autres films du genre (horreur, donc je ne les ai pas vus). J’ai été voir ce film après avoir applaudi « Les Choristes », et voir un peu ce que le « petit » J.B. Maunier (1m84 !) avait dans le ventre. Je l’ai trouvé assez sympa, donc en résumé pour moi c’est un bon « teenage movie » français, même si le gore est un peu too much vers la fin.

A noter : J.B. Maunier est bien sûr le chanteur des Choristes (Ch. Barratier, 2003). Bruno Coulais avait déjà composé la musique des Choristes et revient donner une excellente bande son dans Hellphone. James Huth, le réalisateur, est connu pour Brice de Nice (2005), avec Jean Dujardin. D’ailleurs pour l’anecdote, Jean Dujardin fait une apparition dans Hellphone, et il apparaît au générique sous le nom de Brice Agostini.

Lien Allociné

Lien IMDb

Poster un commentaire

Classé dans 2007, 6/10, Comédie, Horreur / Epouvante, Thriller / Suspense